Présentation des école régionales d'aïkido

Ecole Régionale d'aikido du 7 octobre 2018

Ce dimanche 07 octobre 2018 le stade Laurentin Aïkido à accueilli la première école régionale organisée par le CID (comité inter-départementale) Côte d’Azur et animée par Fabrice Zeep 5e DAN (ACTR), Anne-Laure Gaillard 4e DAN et le responsable technique du stade Laurentin Arnaud Juillard 4e DAN.

L’école régionale s’est déroulée au gymnase Marcel Pagnol ouvert pour l’occasion de 9h15 à 18h et a accueilli pas loin d’une trentaine de pratiquants désireux de préparer un grade et/ou de préparer un diplôme d’enseignement (Brevet Fédéral)

Cet évènement est justement l’occasion de revenir sur une question qui nous est régulièrement posée : Qu’est-ce qu’une école régionale ?

Pour y répondre et bien appréhender ce qu’est réellement une école régionale, nous avons donné la parole à Fabrice Zeep qui est en charge de leur organisation pour la région Côte d’Azur :

Fabrice, pour ceux qui ne te connaissent pas, quel est ton rôle au sein des écoles régionales ?

Je suis Fabrice ZEEP, ceinture noire 5e dan fédéral DEJEPS et 4e dan Aïkakaï (grade japonais), je suis l’Animateur de la Commission Technique du Comité Interdépartemental Côte d’Azur de la Fédération Française d’Aïkido et de Budo (FFAB). Je m’occupe du programme des écoles régionales, ainsi que de l’organisation en amont. Ensuite je gère avec le bureau technique le déroulement des journées qui sont chargées. Évidemment, je partage mon bagage technique, ainsi que mon expérience dans les jurys d’examen pour en faire profiter les pratiquants et les accompagner au mieux dans leurs objectifs.

Quelle est la raison d’être des écoles régionales

Aussi appelé école des cadres, elles permettent de se retrouver entre les clubs du Var et des Alpes Maritimes, pour former et aider les futurs candidats aux passages de grades 1er et 2e dan qui se déroulent au sein du comité interdépartemental. Mais aussi de préparer des candidats aux diplômes d’enseignant en les mettant en situation devant un vrai public de pratiquants.

Un candidat au diplôme d’enseignant travaillant sur la fiche du cours qu’il présentera plus tard dans la journée à l’ensemble des pratiquants.

Pourquoi il est important pour les adhérents de participer aux écoles régionales

Les écoles régionales, au nombre de 4, qui durent toute une journée sont riches et chargées. Elles permettent à tous de trouver leur compte : grade, futurs enseignants et la formation continue des enseignants. Le choix sur la qualité des intervenants est important pour permettre à chacun de pouvoir trouver de quoi alimenter sa future pratique.

Elles permettent aussi de pratiquer avec d’autres aïkidokas d’autres clubs, de faire connaissance avec les éventuels juges aux examens. Il est d’autant plus facile de défendre et d’évaluer un candidat si on connait son travail sur une période plus longue qu’un unique passage de grades de maximum 15 minutes. Cela permet une certaine cohésion au niveau du Comité interdépartemental.

Qu’est ce qu’apportent les écoles régionales que n’apportent pas les stages dits classiques

Ces journées sont différentes des stages tels qu’on les connait, qui sont animés par des hauts gradés de la fédération. L’enseignant est « le maitre » et dispense son expertise, et l’on y apprend beaucoup de choses, chacun prend ce qu’il peut pour continuer sa pratique au quotidien (du débutant à l’enseignant confirmé).

Pour ce qui est des écoles régionales, c’est un peu différent, c’est un moment d’échange, de partage, où des choses sont proposées par les différents acteurs présents, les intervenants (3 en général), mais les enseignants présents et la réactivité des pratiquants qui permettent une certaine interactivité. Différents termes peuvent être abordés, et on essaie de rentrer plus dans les détails, et insister sur des choses qui passent plus inaperçues dans les stages dits de masse telle que l’étiquette par exemple ou les fondations qui régissent notre pratique à la FFAB (Fédération Française d’Aïkido et de Budo).

Ecole régionale organisée par le comité inter-départementale Côte d'Azur d'aïkido

Salut matinal avant d’attaquer une journée studieuse et conviviale.

Merci Fabrice pour ces explications nos adhérents vont ainsi mieux percevoir l’utilité et les nombreux points positifs à participer aux écoles régionales ou écoles des cadres.

Bien s’armer pour les passages de grades

Je reviens toutefois sur un point qui me semble important pour nos adhérents et cela concerne la préparation de grades. Car même si notre club de Saint-Laurent-du-Var à mis en place un rendez-vous hebdomadaire le samedi après midi. Un créneau dédié à la préparation aux examens de grade ceinture noire d’aikido et qui permet aux futurs candidats à l’obtention de grade de se mettre en situation et de recevoir les corrections ou les pistes d’améliorations proposées par les professeurs du club, il est toutefois important de savoir qu’une participation aux écoles régionales apporte des outils complémentaires que l’on ne retrouve ni en stage, ni en club. Certes on y retrouve comme au cours du samedi après-midi, des mises en situation (passage de grade blanc), mais à ceci près, que ces mises en situation se font avec des personnes avec qui nous ne travaillons pas habituellement. De plus ces passages blancs offrent la possibilité de travailler avec des personnes qui seront très probablement les partenaires que le candidat retrouvera sur le tatami le jour de l’examen. Une réelle opportunité à ne pas négliger, car le fait d’avoir déjà eu l’occasion de pratiquer avec les uke que l’on rencontrera le jour du passage procure un sérieux avantage, à bon entendeur …

Ensuite comme le souligne très justement Fabrice Zeep, les écoles régionales sont un excellent moyen de faire connaitre son travail à certain membre du jury de la ligue, mais également de recevoir de manière interactive des corrections spécifiques au passage et qui ne sont pas forcément abordées dans le travail quotidien au Dojo. Un excellent moyen donc d’arriver bien armé le jour de l’examen.

Je recommande d’ailleurs à nos candidats de relire les notions et qualités nécessaires pour l’obtention d’un grade d’aïkido et attendues par le du jury.

Ces rencontres qui nous font progresser

Ensuite, au-delà des opportunités que nous offrent ces écoles des cadres pour atteindre nos objectifs, ces journées sont aussi une opportunité de rencontre. Un voyage vers d’autres dojos, mais également vers d’autres pratiquants. Or les voyages forment la jeunesse, comme chacun le sait. Ce sont ces “voyages” que beaucoup affectionnent, car ils enrichissent tellement la pratique. Le piège de ne pas “voyager”, en pratiquant qu’au sein de son dojo et donc toujours avec les mêmes personnes c’est on a vite fait de s’enfermer dans des habitudes et dans une forme restreinte d’aïkido.

Alors, la première fois qu’on participe à une école régionale, on arrive avec les codes et les repères de son club et lorsqu’on rencontre des pratiquants qui font certes le même aïkido, mais pas tout à fait quand même, il se peut que l’on se sente un petit peu perdu. Et c’est là qu’on découvre tout l’apport de ces écoles des cadres sur le mode de la convivialité. Elles nous offrent l’opportunité de pourvoir pratiquer avec cette multitude de pratiquants différents, ceux qui vous dise savoir, mais qui en savent peu, ceux qui revendique leur ignorance et qui en savent tellement, des pratiquants généreux qui dès qu’ils reçoivent quelque chose vous le donne immédiatement en retour, des technovore obnubilés par la technique, des technophobes plus intéressés par les sensations, des souples, des raides, des rugueux, vous croiserez toute sorte de profils et c’est justement là tout le potentiel offert par ces écoles, car quelque soit la personne que vous aurez en face, grâce à leur ambiance conviviale ces écoles vous inviteront naturellement à plus d’ouverture et d’adaptabilité. Votre aïkido évoluera d’une façon insoupçonnée et bien souvent sans même en avoir conscience.

Repousser nos limites

Alors oui et pour de multiples raisons, la promesse que nous apporte ces écoles régionales, c’est quelles peuvent nous aider à dépasser ces plafonds de verre que l’on peut parfois ressentir dans son parcours d’aïkidoka en nous sortant de nos zones de confort tout en nous apportant les outils nécessaires à notre progression. Mais le mieux pour vous en rendre compte, c’est encore de venir en essayer une.

Et vous avez de la chance, car même si la première cession vient d’avoir lieu, il vous en reste encore trois autres et voici les dates :

Programme des prochaines écoles régionales

École Régionale #2 le dimanche 16 décembre à Saint Mandrier
École Régionale #3 le dimanche 3 février à Saint Lauirent du var
École Régionale #4 le dimanche 28 avril à Ollioules

Plus d’info sur le calendrier des évènements de la saison

Pour plus de renseignements, venez poser vos questions à l’un de nos professeur au club ou envoyez-nous un mail sur contact@aikido-06.com

Crédit Photo : Denis Degioanni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *